A+ A A-

Les métiers de l'agroalimentaire : bac et études supérieures

Les industries agroalimentaires transforment 70 % de la production agricole française. La production, la logistique, la qualité, la maintenance et les achats offrent de nombreux débouchés.

Fiche n°2.152
Version : Avril 2015

Secteur et emploi

L'industrie agroalimentaire comprend 9 grandes familles de produits : viandes, poissons, fruits et légumes, produits laitiers, produits à base de grains ou d'amylacés, produits de boulangerie-pâtisserie, autres industries alimentaires (chocolats, confiserie), aliments pour animaux, boissons et alcools.
L'agroalimentaire se situe au 1er rang du secteur manufacturier français tant en termes de chiffre d'affaires que d'emploi, avec plus de 11 800 entreprises et 585 000 personnes pour un chiffre d'affaires de 178 milliards d'euros. L'industrie de la viande et l'industrie laitière sont les 2 plus importantes du secteur en termes de chiffre d'affaires et d'emplois. Elles représentent 37 % du chiffre d'affaires et 41 % de l'emploi des industries agroalimentaires. Grands groupes et petites structures se partagent le marché, mais 73 % des entreprises comptent moins de 20 salariés.

Midi-Pyrénées se caractérise par une grande diversité de produits qui couvrent l’ensemble de la chaîne agroalimentaire et du territoire. À travers l’étendue de l’offre régionale, c’est un véritable savoir-faire industriel qui est mis en avant. Ce secteur s’appuie sur le pôle de compétitivité Agri Sud-Ouest Innovation. 
Labellisé en juillet 2007, le pôle Agri Sud-Ouest Innovation a pour vocation de fédérer les acteurs des secteurs agricole et agro-industriel du Sud-Ouest (PME innovantes, exploitants agricoles, grands groupes, établissements de formation et de recherche, etc.). Fin 2011, le périmètre du pôle Agri Sud-Ouest Innovation s’est étendu à la Région Aquitaine. (Source : www.mpfm.fr)

Le secteur des industries agroalimentaires (IAA) est composé de quelques grosses entreprises et de nombreuses PME.
Les PME donnent l'avantage aux bac + 2/3 (BTS, BTSA, DUT, licence pro), directement opérationnels, les grands groupes sur les bac + 5 (diplôme d'ingénieur, master).
Les fonctions technico-commerciales et la production sont très sollicitées, ainsi que la logistique, la qualité, les achats et la maintenance.

Pôle compétitivité agricole et agro-industriel du Sud-Ouest

Métiers et débouchés

Transformation des produits

le responsable d’atelier de fabrication et de conditionnement gère les personnels (animation et planification du travail de l'équipe) et les matières de son unité de production.
Formation : BTS contrôle industriel et régulation automatique (Cira) ; BTSA sciences et technologies des aliments ; DUT génie biologique option industries agroalimentaires et biologiques ; DUT qualité, logistique industrielle et organisation (Qlio) option organisation et gestion des flux ou métrologie et gestion de la qualité ; DUT packaging, emballage et conditionnement (Pec) ; licences pro spécialité agroalimentaire ou production industrielle.

Le technicien de maintenance industrielle s'occupe des opérations courantes de maintenance préventive : réglage, changement de pièces, contrôle de niveaux. Il intervient sur la réparation des machines, les installations, les équipements et les matériels traditionnels ou automatisés dans son domaine de compétence.
Formation : BTS électrotechnique ; BTS maintenance industrielle ; BTS conception et réalisation de systèmes automatiques ; DUT génie électrique et informatique industrielle ; DUT génie industriel et maintenance ; licences pro spécialité agroalimentaire.

Le responsable de maintenance conçoit, pilote et vérifie la mise en œuvre de la politique et des moyens de maintenance.
Formation : BTS électrotechnique ; BTS maintenance industrielle ; BTS conception et réalisation de systèmes automatiques ; DUT génie électrique et informatique industrielle ; DUT génie industriel et maintenance ; licences pro spécialité agroalimentaire ; mastère spécialisé (MS).


Le responsable de développement industriel gère les modes de fonctionnement des installations pour définir des méthodes et outils de maintenance et de fiabilité.
Formation : BTS maintenance des systèmes ; BTSA sciences et technologies des aliments ; DUT génie industriel et maintenance ; licences pro spécialité agroalimentaires ; diplôme d'ingénieur agroalimentaire ; mastère spécialisé (MS).

Le responsable de production a la responsabilité d’une unité de production. Avec le directeur industriel ou la direction générale, le responsable de production détermine les objectifs de la production : coûts, délais, quantités, qualité.
Formation : BTS Cira ; DUT génie biologique option industries agroalimentaires et biologiques ; DUT (Qlio) option organisation et gestion des flux ou métrologie et gestion de la qualité ; licences pro spécialité agroalimentaire ; diplôme d'ingénieur agroalimentaire ou agronome ; mastère spécialisé (MS).

Le directeur de site industriel s'occupe de l'ensemble des activités d'un établissement de production. Il participe à la détermination des objectifs du site, organise et optimise le fonctionnement de ses services.
Formation : diplôme d'ingénieur agroalimentaire ; mastère spécialisé (MS).

Achat et logistisque

Le technicien des relations fournisseurs participe à l’approvisionnement de l’unité de fabrication en établissant un cahier des charges afin de produire aux meilleures conditions de prix, de livraison et de qualité.
Formation : BTSA analyse et conduite des systèmes d'exploitation (ACSE) ; BTSA productions animales, BTSA productions végétales ; licences pro spécialité agroalimentaire ; diplôme d'ingénieur agronome.

L'acheteur est un intermédiaire en treles producteurs et les ateliers de transformation de produits. Il étudie le marché, négocie et vérifie la qualité.
Formation : BTSA technico-commercial produits alimentaires et boissons ; DUT techniques de commercialisation ; licences pro ou masters pro spécialité agroalimentaire ; école supérieure de commerce ; école d'ingénieurs ; mastère spécialisé (MS) ; troisième cycle spécialisé en achat.

Le logisticien est un technicien spécialisé, le logisticien s'occupe de gérer et d'optimiser la chaîne des flux logistiques du produit de sa production jusqu'à sa distribution. Il collecte, analyse et interprète des données d'études logistiques et formule des recommandations. Il se conforme à la stratégie définie par le responsable logistique.
Formation : BTS transport ; DUT gestion logistique et transport ; DUT Qlio ; licences pros spécialité agroalimentaire ; master ; mastère spécialisé (MS).

Le responsable logistique conçoit les méthodes les plus efficaces et les plus économiques pour acheminer tous les matériaux à l’intérieur et à l’extérieur des entreprises.
Formation : BTS transport ; DUT gestion logistique et transport ; licences pro spécialité agroalimentaire. Le plus souvent, toutefois, un niveau bac + 5/6 est exigé pour un poste d'encadrement : master, mastère spécialisé en logistique, diplôme d'école supérieure de logistique ou d'école de commerce, diplôme d'ingénieur.

Qualité

Le responsable qualité
il est rattaché à la direction générale. Il est tenu de connaître parfaitement la fonction production, du procédé de fabrication de son entreprise. Il assure la gestion, la mise en place et la suivi de la politique qualité.
Formation : BTS biotechnologies ; BTS bio-analyses et contrôles ; BTS qualité dans les industries agroalimentaires et les bio-industries ; BTSA Anabiotec ; BTSA sciences et technologies des aliments ; DUT Qlio option métrologie et gestion de la qualité ; DUT génie biologique option industries agroalimentaires et biologiques ; licences pro spécialité agroalimentaire ; diplôme d'ingénieur agroalimentaire ; mastère spécialisé (MS) dans le domaine de la qualité.

Le technicien qualité
Véritable animateur de la qualité, ce technicien travaille en lien étroit avec l'ensemble des salariés de l'entreprise qu'il sensibilise à l'assurance qualité.
Formation : bac techno STL ; BTS biotechnologie ; BTS qualité dans les industries agroalimentaires et les bio-industries ; BTS bioanalyses et contrôles ; BTSA Anabiotec ; BTSA sciences et technologies des aliments ; DUT génie biologique option industries alimentaires et biologiques ; DUT Qlio option métrologie et gestion de la qualité ; licence pro spécialisée dans la qualité des produits alimentaires.

L'animateur HSE - hygiène, sécurité, environnement élabore, met en œuvre et suit l'application sur le terrain des procédures qualité dans son secteur d'activité (analyse et information, sensibilisation, formation…) en relation avec les différents intervenants internes / externes.
Il travaille en collaboration avec les responsables de l'entreprise.
Formation : BTS bioanalyses et contrôles, DUT génie biologique, licence pro industrie agroalimentaire management des risques industriels ; licence pro qualité, hygiène, sécurité et environnement.

Recherche et développement

Technicien de recherche et développement
Il est sous la responsabilité du chef de projet. Il met au point, à l’échelle industrielle, de nouveaux procédés, conçoit de nouvelles recettes et réalise des échantillons tests. En relation avec le service marketing, il ajuste le produit pour mieux répondre aux attentes des consommateurs.
Formation : BTS analyses de biologie médicale ; BTS biotechnologies ; BTSA Anabiotec ; BTSA sciences et technologies des aliments ; DUT génie biologique option industries agroalimentaires et biologiques ; DUT génie chimique génie des procédés option bioprocédés ; licences pro spécialité agroalimentaire.

Le diététicien est un spécialiste de la nutrition, le diététicien, intervient principalement au niveau des phases d'élaboration, de production et de contrôle des préparations alimentaires (contrôle des matières premières, suivi de leur transformation, valeurs nutritionnelles des produits élaborés).
Formation : BTS diététique, DUT génie biologique option diététique.

L'ingénieur recherche et développement conçoit de nouveaux produits à partir des besoins des consommateurs et des distributeurs.
Pour réussir la combinaison entre saveur, composition et technologie de fabrication, l'ingénieur R&D conçoit un prototype à l'aide de machines, en collaboration avec les chimistes et les biologistes, puis il soumet le produit (fini ou transformé) à des tests en laboratoire : texture, goût, couleur, propriétés nutritionnelles, mode de conservation, emballage, mode de transport… Si le nouveau produit présente des résultats concluants, il est alors fabriqué à l'échelle industrielle. L'ingénieur R&D est amené à collaborer avec de nombreux services en interne.
Les débouchés, plutôt rares, se situent surtout dans les grands groupes industriels dotés de services spécialisés.
Formation : master ; diplôme d'ingénieur en agroalimentaire.

L'ingénieur en biotechnologies utilise de façon industrielle les micro-organismes pour réaliser des transformations organiques. Il crée ainsi de nouvelles matières, de nouvelles énergies ou de nouvelles bactéries qui serviront dans l'industrie agroalimentaire.
Dans un service de recherche et développement, il met au point les procédés qui permettront de fabriquer de nouveaux produits : conservateurs pour l'alimentation, microbiologie alimentaire, aliments fonctionnels, procédés de fabrication et de transformation des aliments... Il participe ensuite à la mise en place de la chaîne de fabrication du produit : organisation de la chaîne, définition du planning, contrôles et tests du produit fini.
Les ingénieurs en biotechnologies sont particulièrement prisés dans l'agroalimentaire.
Formation : master ; diplôme d'ingénieur en agroalimentaire.

Le chef de projet de recherche et développement définit la politique recherche et développement et en gère les effectifs, les coûts, investissements, stratégie, priorité.
Formation : licences pro spécialité agroalimentaire ; master ; diplôme d'ingénieur agroalimentaire ; mastère spécialisé.

Le bio-informaticien est ingénieur ou chercheur. Il a une double compétence en sciences de la vie et en informatique. Dans le domaine de l'agroalimentaire, il conçoit des logiciels qu'utiliseront les chercheurs afin d'améliorer le contrôle qualité… Secteur en plein essor, la bio-informatique est amenée à recruter de nombreux bio-informaticiens dans les prochaines années.
Formation : master en bio-informatique ; diplôme d'ingénieur.

Commerce - Marketing

Le chargé relation clientèle organise et gère le suivi des commandes.
Selon la taille de l'entreprise, cet emploi peut impliquer des déplacements, des participations à des salons ou à des opérations commerciales.
Formation : BTS négociation et relation client (NRC) ; BTS management des unités commerciales (Muc) ; BTSA technico-commercial produits alimentaires et boissons ; DUT techniques de commercialisation ; licences pro spécialité agroalimentaire.

L'attaché commercial développe, sous la responsabilité de son supérieur hiérarchique, les ventes dans un secteur géographique déterminé, auprès d'un nombre de clients identifiés parmi les enseignes de la grande distribution (GMS), la restauration hors foyer (RHF), le commerce traditionnel.
Formation : BTS négociation et relation client (NRC) ; BTS management des unités commerciales (Muc) ; BTSA technico-commercial produits alimentaires et boissons ; DUT techniques de commercialisation ; licences pro spécialité agroalimentaire.

Le responsable des ventes organise, anime et coordonne les programmes commerciaux dans un secteur déterminé (type de marché/produit, de clientèle, géographique). Il est responsable de la réalisation des objectifs. Il encadre des équipes de commerciaux..
Formation : BTS négociation et relation client (NRC) ; BTS management des unités commerciales (Muc) ; BTSA technico-commercial produits alimentaires et boissons ; DUT techniques de commercialisation ; licences pros spécialité agroalimentaire ; masters pro ; mastères spécialisés (MS).

Le chef de produit marketing est responsable du développement d'un produit ou d'une gamme de produits, depuis sa conception jusqu'à sa commercialisation. Il doit l'adapter en permanence à l'évolution et aux opportunités du marché. En accord avec la politique marketing définie par la direction, il met en place une stratégie pour son produit, élabore des recommandations et s'assure de leur application et de leur efficacité. Il dépend directement du responsable marketing, mais travaille avec une certaine autonomie.
Formation : diplôme d'ingénieur ; mastère spécialisé en management ; diplôme d'école de commerce.

Responsable marketing
Le chef de produit est responsable du développement d'un produit ou d'une gamme de produits, depuis sa conception jusqu'à sa commercialisation.
Il supervise les études marketing (analyse des marchés, définition des cibles, les nouveaux produits et services et leurs tests, analyse des ventes par ligne de produits et par type de marché.)
Formation : diplôme d'ingénieur ; mastère spécialisé en marketing et développement commercial ; diplôme d'école de commerce.

Cf. dossier IJMP :
- Les métiers de la vente : bac et études supérieures n° 2.322.
- Les métiers du commerce et de la gestion : écoles et université n° 2.332 .
- Les métiers du marketing n° 2.334 .

Etudes et diplômes

BAC Techno

Les bacs technologiques se préparent en 2 ans après une classe de seconde générale, technologique ou professionnelle (ou après un diplôme de niveau CAP, avec l'accord du conseil de classe). Ce diplôme ne permet pas d'entrer directement dans la vie active, mais de poursuivre des études vers un BTSA, un BTS ou un DUT, ou encore d'intégrer une classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE). Il existe 2 bacs techn particulièrement adaptés à l'agroalimentaire.
• Le bac Stav (sciences et technologies de l'agronomie et du vivant) préparé en lycée agricole, spécialité transformation alimentaire.
• Le bac STL (sciences et technologies de laboratoire), spécialité biotechnologies.

BTS

Le BTS (brevet de technicien supérieur) se prépare en 2 ans au sein d'établissements publics ou privés. La scolarité comprend des cours généralistes, technologiques et pratiques (stages). L'entrée en BTS se fait sur sélection. Les inscriptions sont centralisées sur www.admission-postbac.fr.
Si le BTS vise l'entrée dans la vie active, il permet également de poursuivre ses études, notamment en licence pro.
Plusieurs BTS sont proposés dans le domaine agroalimentaire.

- BTS Biotechnologie accessible avec un bac S ou STL spécialité biotechnologie.
- BTS qualité dans les industries alimentaires et les bio-industries (Qiabi) accessible après un bac STL spécialité biotechnologie ou un bac S.

BTSA

  • BTSA
Le brevet de technicien supérieur agricole (BTSA) se prépare en 2 ans après un diplôme de niveau IV (bac général, bac technologique Stav, BTA ou bac pro bio-industries de transformation, dans un lycée agricole ou un établissement privé).
Trois BTSA concernent les industries agroalimentaires.

- BTSA sciences et technologies des aliments spécialités : aliments et processus technologiques, produits céréaliers, produits laitiers, viandes et produits de la pêche.
- BTSA technico-commercial produits alimentaires et boissons, ou vins et spiritueux
- BTSA analyses agricoles, biologiques et biotechnologiques ( Anabiotec)

DUT

Le DUT (diplôme universitaire de technologie) se prépare en 2 ans dans un IUT (institut universitaire de technologie) rattaché à une université. L'admission en IUT se fait sur dossier. Les inscriptions sont centralisées sur www.admission-postbac.fr.
En règle générale, les titulaires de DUT s'insèrent bien sur le marché du travail. Pour ceux qui désirent poursuivre leurs études, différents cursus sont possibles (année de spécialisation, licence pro…).
À savoir : la scolarité de certains DUT peut être réduite à 1 an pour les étudiants ayant déjà un niveau bac + 2.

Les DUT suivants concernent les industries agroalimentaires.

- DUT génie biologique (GB) 4 options qui intéressent le secteur agricole et agroalimentaire : industries agroalimentaires et biologiques, analyses biologiques et biochimiques, agronomie, diététique et bio-informatique (à titre expérimental). Admission après un bac S ou STL spécialités sciences physiques et chimiques en laboratoire.
- DUT techniques de commercialisation (TC) orientation agroalimentaire : Il est préparé uniquement à l'IUT de Tours Tél : 0247367504 
et à l'IUT de Valenciennes-Site de Cambrai. Tél : 0327723330 

- DUT génie chimique, génie des procédés option procédés : traite des grands procédés de l'industrie agroalimentaire et pharmaceutique, et met l'accent sur les bioséparations.
Cf. dossier IJMP Les métiers de la chimie n° 2.851.

Admission après un bac S, STL, STI2D.
- Le DUT qualité, logistique industrielle et organisation (QLIO)
2 options : organisation et gestion des flux, métrologie et gestion de la qualité.
Cf. dossier IJ Les métiers de la qualité n° 2.816.

Formations universitaires

Licence professionnelle
Un an après un bac + 2 (L2, BTS, BTSA, DUT, Deust), la licence pro permet d'acquérir une spécialisation ou une double compétence. Le cursus articule des enseignements théoriques et pratiques.
Il existe plusieurs licences pro dans le domaine de l'agroalimentaire.

Licence
3 ans après le bac, la licence sanctionne un niveau correspondant à l'obtention de 180 crédits européens. La licence prépare l'accès au master.
En agroalimentaire, les licences mentions biologie, biochimie et santé sont les plus adaptées.
Cf. fiche IJ Les métiers de la biologie n° 2.841 .

Le master
Après la licence, le master est organisé en 4 semestres et correspond à 120 crédits. L'accès en 1re année (M1) est de droit pour tout étudiant titulaire d'une licence dans un domaine compatible, l'accès en 2e année (M2) est sélectif et se fait généralement sur dossier.

Ecoles d'ingénieurs

Enseignement à distance : quelques diplômes spécialisés dans l'agroalimentaires peuvent être préparés à distance :

Conservatoire national des arts et métiers (Cnam)

Cinq ans d'études après le bac sont nécessaires pour obtenir un diplôme d'ingénieur. On peut intégrer ces écoles directement après le bac, après une classe préparatoire ou encore sur titres, après un bac + 2, + 3 ou + 4.
On peut accéder aux écoles d'ingénieurs sur concours. La plupart sont publiques et le recrutement se fait à plusieurs niveaux.
Parmi les écoles d'ingénieurs, certaines sont spécialisées dans l'industrie agroalimentaire, d'autres sont généralistes mais proposent une spécialisation en 2e ou 3e année.
P rincipales écoles d'ingénieurs dans l'agroalimentaire : Ensaia à Nancy, Ensbana à Dijon, Enitiaa à Nantes, Insfa à Rennes.

Classes prépas
En Midi-Pyrénées, deux établissements préparent aux classes préparatoires pour les titulaires des BTS, DUT, BTSA (Legta Rodez, Legta Castanet) et seul l'INSA (Institut national des sciences appliquées) délivre le diplôme d'ingénieur de l'INSA.

Les FIP
Les Fip (formations d'ingénieur en partenariat) ont pour objectif de former des ingénieurs de terrain, proches de la production. La formation se déroule sur 2 ou 3 ans,
La filière Fip est accessible en formation initiale directement après le bac, en apprentissage ou en formation continue. Cf EI Purpan (École d'ingénieurs de Purpan) ; Ensat (École nationale supérieure agronomique de Toulouse.


A noter : le Mastère Spécialisé n’est pas un diplôme mais un Label attribué à des formations spécifiques post-diplômes organisées par certaines écoles d’ingénieurs ou de commerce. Le mastère se prépare en 1 an minimum après un niveau Bac+5 (diplôme d’ingénieur).

Enseignement à distance : quelques diplômes spécialisés dans l'agroalimentaires peuvent être préparés à distance :

Conservatoire national des arts et métiers (Cnam)

Centre national des arts et métiers


Les instituts de formation régionaux des industries agroalimentaires (Ifria) forment par apprentissage aux métiers des industries alimentaires. BTS, licences professionnelles et diplômes d'ingénieur peuvent y être préparés.

instituts de formation régional des industries agroalimentaires

Alternance

Si vous avez entre 16 et 25 ans, vous pouvez préparer un diplôme en alternance :
- contrat d'apprentissage (dérogations possible sous certaines conditions pour jeunes 25-30 ans et handicapés)
- contrat de professionnalisation (accessible aussi aux demandeurs d’emploi âgé de 26 ans et plus ou bénéficiaires de minima sociaux)
Ces contrats vous permettront de suivre une formation tout en travaillant. Vous aurez le statut de salarié, avec ses avantages et ses contraintes. Attention : avant de vous inscrire en formation, il faut au préalable signer un contrat de travail avec un employeur ! Pour obtenir des informations complémentaires, consulter la fiche « Alternance et apprentissage : une formation ».

Formation continue

La formation continue s'adresse à tous les adultes jeunes et moins jeunes sortis du système scolaire.
Plusieurs dispositifs sont en place en fonction des publics (salariés, demandeurs d'emploi...)

La Région Occitanie élabore son Programme Régional de Formation Professionnelle (PRFP) avec l'objectif de mettre en œuvre des formations menant à l'emploi.
Ces formations sont destinées principalement aux demandeurs d'emploi mais peuvent s'adresser également à un plus large public.
Pour toute information sur la formation en région Occitanie cf site "meformerenrégion". Le site MPFM-Midi-Pyrénées formations métiers est aussi en consultation.

Midi-Pyrénées Formations Métiers


Adresses utiles

Portail de l’enseignement agricole ministère en charge de l'Agriculture

Association Nationale pour l’Emploi et la Formation en Agriculture

Métiers du lait - Centre national interprofessionnel de l'économie laitière (CNIEL) 

Observia - Présentation des industries alimentaires

L'Union nationale des Maisons familiales rurales

EDUTER-CNPR

Conseil national de l'enseignement agricole privé

Union nationale rurale d'éducation et de promotion

APECITA

IFRIA Apprentissage

Job Agroalimentaire



Si vous souhaitez consulter gratuitement les carnets d’adresses Midi-Pyrénées, il suffit de vous rendre dans l'une des 70 structures Information Jeunesse de la région. Un professionnel sera à votre disposition pour vous apporter les compléments d'informations nécessaires à vos recherches.
Ces carnets d’adresses peuvent être accessibles en ligne dans le cadre d'un abonnement, vous trouverez ici les conditions et tarifs.