A+ A A-
French Chinese (Simplified) English German Italian Spanish

Les métiers du journalisme

Le journalisme offre une vaste palette de métiers, cependant le secteur est en crise et l’entrée dans cette profession reste très difficile.

Fiche n°2.674
Version : Décembre 2012

Que les journalistes travaillent dans la presse écrite , sur le web , à la télé ou à la radio, la fonction reste la même : la recherche et le traitement des informations.
Les évolutions technologiques et le développement du « bimédia », qui consiste à décliner des contenus en parallèle sur support papier/audiovisuel et sur le Net, transforment les métiers du journalisme : restructurations massives, précarisation… Le modèle économique du secteur s'en trouve fragilisé.

Métiers et débouchés

Un journaliste est doté de qualités d'observation, d'une grande curiosité, d'une ténacité à toute épreuve et d'une solide culture générale. Il a un esprit d'analyse et de synthèse. Il maîtrise les techniques et les outils journalistiques. Autonome et rapide, il sait protéger et recouper ses sources, choisir son angle… Toute la profession doit obéir à des règles communes de déontologie : respect de la vérité et de la vie privée, indépendance à l'égard des pouvoirs politiques et économiques, protection de ses sources…
Plus des trois quarts des journalistes travaillent dans la presse écrite et sur le web, tandis que radios et télévisions confondues emploient près de 15 % de journalistes. La profession se caractérise donc par une grande diversité de parcours, de métiers et de modes d'exercice, mais la base du métier reste la même pour tous : recherche et traitement de l'information.

Depuis plusieurs années, internet, les réseaux sociaux et les outils numériques de partage bouleversent le rapport à l'information. Les fonctions deviennent de plus en plus transversales et exigent, outre une maîtrise rédactionnelle, des compétences techniques. Les journalistes de presse écrite écrivent aussi pour le web et sont formés à la vidéo. Les journalistes télé, radio ou web sont formés au montage son et vidéo sur bancs numériques, et nombreux sont les journalistes radio travaillant également pour la télévision ou les journalistes de presse écrite, pour la radio.

Plus des trois-quarts des journalistes y travaillent. On distingue les journalistes de terrain, chargés de collecter l’information à la source, des journalistes de bureau (le desk) qui vérifient, hiérarchisent et mettent en forme les données selon les indications et directives du secrétaire de rédaction, du chef de rubrique, du chef de service et du rédacteur en chef.

La carte de presse
Le statut de journaliste est décidé par la Commission de la carte d'identité des journalistes professionnels (CCIJP). Elle ne délivre la carte que si le candidat remplit certaines conditions précises.
www.ccijp.net

La presse écrite

Rédacteur reporter
Couvrir l’événement à chaud, suivre une conférence de presse, partir enquêter… Plus de 40 % des journalistes sont rédacteurs reporters. À eux de collecter l’information sur le terrain et de rédiger un article : reportage, portrait, critique, interview, enquête, analyse.
La presse locale emploie des localiers, capables de traiter tous les sujets quotidiens d’une région, alors que les publications nationales préfèrent les rédacteurs spécialisés (économie, sciences, culture…), voire chargés d’une rubrique.
Avec la rapidité de diffusion de l’information via le web les professionnels passent moins de temps sur le terrain et travaillent plus souvent sur leur ordinateur.
Formation : diplôme d’école de journalisme, formations universitaires.

Pigiste
Les pigistes, qui représentent près de 20 % de la profession, sont des journalistes rémunérés à la pige, c'est-à-dire payés à l'article ou à la photo. Ils ne sont pas intégrés à une rédaction, mais peuvent travailler pour une ou plusieurs publications. Ils doivent donc savoir s'adapter aux différentes chartes rédactionnelles. On trouve des pigistes dans tous les médias, qu'ils soient écrits ou audiovisuels.
Formation : diplôme d'école de journalisme ; formation universitaire.

Secrétaire de rédaction
Le (la) "SR" travaille dans la presse écrite et sur le web.
Il (elle) est chargé(e) de corriger des articles de presse et de
veiller au respect des délais de bouclage.
Il a le statut de journaliste, mais ne va pas sur le terrain.
Le SR coordonne et supervise toutes les étapes techniques, de la préparation des documents rédactionnels (articles, photos, légendes, illustrations, schémas…) jusqu'à la correction des épreuves, en passant par la maquette.
Formation : diplôme d'école de journalisme ; formation universitaire.

Journaliste d’entreprise
Le journaliste d’entreprise conçoit et rédige des journaux à usage interne destinés à informer les salariés sur la politique et la vie interne de leur entreprise. Il est directement rattaché à la direction de la communication, qui valide les sujets abordés et leur rédaction. Il ne possède pas le statut de journaliste délivré par la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels.
Formation : diplôme d’école de journalisme, de communication, diplôme universitaire (master)

Grand reporter
Les grands reporters, qu’ils soient journalistes de guerre ou d’investigation, sont peu nombreux. Seuls les meilleurs, souvent des professionnels confirmés, partent en tant qu’envoyé spécial ou correspondant permanent. Polyglottes, ils sont experts dans un domaine, une région du monde ou polyvalents. Les quotidiens préfèrent cependant faire appel à des journalistes indépendants travaillant pour plusieurs médias, voire à des agences de presse.
Formation : diplôme d’école de journalisme, formations universitaires.

Photojournaliste
Journaliste à part entière, le photojournaliste peut prétendre à la carte de presse. Il couvre toutes sortes d'événements en utilisant le support photographique. Il travaille généralement en free lance, mais il est aujourd'hui très difficile de vivre de cette activité et ceux qui y parviennent sont très peu nombreux.
Formation : formation en école de photo et journalisme.

Chef de rubrique
Rédacteur spécialisé dans un domaine, ce journaliste d’expérience gère l’ensemble rédactionnel d’une rubrique. Généralement, le poste est accessible pour un rédacteur après plusieurs années au sein d’un journal. Si les qualités rédactionnelles sont importantes, un excellent suivi de l’actualité et une bonne capacité d’organisation s’avèrent également indispensables.
Formation : diplôme d'école de journalisme ; formation universitaire.

Rédacteur en chef
Il anime une équipe de journalistes, décide des sujets à traiter et veille au respect de la ligne éditoriale d’une publication ou d’un journal audiovisuel.
Formation : diplôme d’école de journalisme, formations universitaires, expérience professionnelle.

Dessinateur de presse
Le dessinateur de presse allie journalisme et dessin pour croquer avec humour personnalités et événements d’actualité. Il (elle) est titulaire de la carte de presse. Il existe moins d’une centaine de dessinateurs de presse en France, dont une petite minorité jouit d’une notoriété certaine. Ils sont associés généralement à des journaux satiriques tels que le Canard enchaîné ou Charlie Hebdo ou à des grands quotidiens comme nationaux (Le Monde, Le Figaro) ou régionaux.
Formation : il n’existe pas de conditions strictement définies pour accéder à ce métier mais une formation artistique (écoles des Beaux-arts nationales ou régionales, écoles d’Arts décoratifs) permet d’acquérir les bases indispensables pour réussir. Il faut ensuite beaucoup de talent, le sens de la caricature et une extrême rapidité d’exécution.

Le Web

Journaliste web
Sous la direction du responsable éditorial ou rédacteur en chef, le journaliste web fournit des contenus éditoriaux pour des médias numériques (sites internet) riches en liens et souvent plus découpés que dans la presse papier.
Formation : diplôme d’école de journalisme (les écoles reconnues par la profession ont toutes intégré le multimédia dans leurs cursus), formations universitaires.

La radio

Journaliste radio
Comme tout journaliste, le journaliste radio recherche l’information, la vérifie, la recoupe, la sélectionne et la met en forme. Ce professionnel n’est pas seulement un spécialiste de l’écriture, il est aussi capable de témoigner, expliquer, interviewer, enregistrer, monter une bande-son. Il doit avoir une « voix ». Les difficultés d’élocution ou les tons de voix disgracieux ne sont pas admis.
Le reporter mène enquêtes et interviews sur le terrain. Improvisation, maîtrise de l’imprévu, interview en direct et préparation des notes sont son lot quotidien.
Il peut travailler à Paris, en région, dans les bureaux détachés ou à l’étranger en tant que correspondant.
Formation : diplôme d’école de journalisme, formations universitaires + expérience professionnelle (les journalistes de radio reçoivent la même formation de base que les professionnels de la presse écrite).


Présentateur radio
Le présentateur radio est un journaliste polyvalent. Il travaille « en station » et fait régulièrement le point sur l'actualité.
Lors des conférences de rédaction il participe à la sélection des sujets à traiter. Une fois le fil conducteur élaboré, le présentateur radio épluche les dépêches d’agences de presse pour préparer son flash. Responsable de son journal, il doit hiérarchiser l’information, rédiger les flashes et écrire les lancements pour les « sons » des journalistes de terrain.
Formation : diplôme d'école de journalisme ; formation universitaire + expérience professionnelle.

La Télévision

Rédacteur reporter télé
Le rédacteur télé rédige tous les sujets. Il travaille beaucoup dans les rédactions des chaînes de télévision et peu sur le terrain. Il prépare des sujets pour des journaux télévisés ou des émissions.
Il décrypte par exemple les images du monde entier qui arrivent dans les rédactions, puis écrit ses commentaires avant de les enregistrer. Il travaille également avec des images d'archives qui pourront illustrer ses sujets.
Formation : diplôme d'école de journalisme ; formation universitaire.

Journaliste reporter d’images (JRI) appelé aussi télé reporter, (autrefois reporter photographe ou encore cameraman) est un journaliste spécialisé dans la prise de vue d’images animées.
Le métier de journaliste reporter d'images (JRI) évolue de plus en plus vers du « 3-en-1 » : le JRI devient une équipe à lui tout seul et doit pouvoir assurer les rôles de rédacteur, cameraman, preneur de son, et même de monteur.
Le JRI doit faire preuve en toutes circonstances de rapidité et de souplesse.
Formation : diplôme d'école de journalisme. L'Ijba de Bordeaux propose un DU spécialisé au métier de JRI. Il existe aussi des stages en formation continue pour les professionnels de l'information qui désirent s'orienter vers ce type de pratique.

Le présentateur télé
Le présentateur télé est l'« image » de la chaîne pour laquelle il travaille. Il doit correspondre à la représentation qu'elle veut que les téléspectateurs se fassent d'elle. Très convoité, ce poste est très exposé mais aussi très précaire, puisqu'il dépend des aléas de l'audimat.
Le présentateur, écrit les lancements de ses sujets et lit le texte sur un prompteur. C'est en général un journaliste confirmé, mais il n'y a pas de parcours type pour accéder à ce poste.
Formation : diplôme d'école de journalisme ; formation universitaire + expérience professionnelle.

Etudes et diplomes

DUT Journaliste

Le DUT information-communication option journalisme est préparé dans les IUT suivants, en formation initiale et en formation continue. Attention, le diplôme préparé à Nice n'est pas encore reconnu par la profession.
IUT de Nice - Site de Cannes Tél : 0497066120 
IUT de Lannion Tél : 0296469300
IUT de Tours Tél : 0247367581 

 

Ecole de journalisme

Treize écoles en France sont reconnues par la convention collective des journalistes. Elles ont différents statuts. les écoles publiques dispensent leur enseignement au sein d'une université, mais toutes pratiquent une rigoureuse sélection.
Quatre d'entre elles sont privées. Ces quatre écoles ou centres proposent des formations de grande qualité, mais payantes (entre 3 500 € et 4 500 € environ par an).

L’entrée à l’EJT est subordonnée aux résultats d’un concours. D'une durée de trois jours, ce concours est ouvert aux étudiants justifiant au minimum d’un diplôme bac+2 validé, ou d'un bac avec expérience professionnelle (CDI de 2 ans).

L'école de journalisme de Toulouse
L'EJT de Toulouse est privée. Elle dépend de l'Institut catholique et propose une formation en 3 ans après un bac + 2.
Pour 400 postulants, seules 30 places sont disponibles.

Le concours d'entrée
L’entrée à l’EJT est subordonnée aux résultats d’un concours. D'une durée de trois jours, ce concours est ouvert aux étudiants justifiant au minimum d’un diplôme bac+2 validé, ou d'un bac avec expérience professionnelle (CDI de 2 ans). L’examen composé de 8 épreuves, consiste à apprécier chez les candidats à la fois leur niveau de culture générale et leurs prédispositions au métier de journaliste. Un entretien de motivation permettra de vérifier leur volonté de devenir journaliste. s de préparation aux concours d'entrée dans les écoles de journalisme.

La formation
La formation dure 3 ans et est sanctionnée par le diplôme de fin d'études de l'École de Journalisme de Toulouse après soutenance d'un mémoire.
En troisième année, après un enseignement tronc commun en radio et télévision, les étudiants suivent une spécialisation en radio ou en télévision pour la réalisation de magazines.

Les étudiants titulaires de Licence ou de Maîtrise de Droit peuvent poursuivre à Aix-en-Provence, à la place du semestre de spécialisation, la formation au « Master professionnel de journalisme juridique » dispensé par la Faculté de Droit et de Sciences Politique de l’Université Paul Cézanne - Aix-Marseille III. Le semestre d’études sera validé par les examens spécifiques à chacun des deux établissements (la soutenance de mémoire en ce qui concerne l’EjT).

Les écoles privées non reconnues
Une quinzaine d'écoles privées non reconnues par la profession dispensent un enseignement en journalisme. Avant de s'y engager, il est conseillé de comparer les prix (jusqu'à 6 000 € par an), de vérifier la qualité de l'enseignement et celle de l'encadrement. Consultez l'annuaire des anciens élèves, vérifiez les partenariats de l'école avec les médias, la durée et le caractère obligatoire des stages, sachez si ce sont des journalistes professionnels ou non qui interviennent, et renseignez-vous sur l'équipement technique.

Formations universitaires

De la licence (bac +3) au master professionnel (bac +5), les universités offrent différentes possibilités de se former au journalisme.

La licence est le point de départ des études à l'université. Elle se prépare en 3 ans (6 semestres) après le bac et correspond à 180 crédits européens.

La licence professionnelle
Conçu avec un objectif d'insertion professionnelle dans le monde du travail, ce diplôme se prépare en un an après un bac + 2 (L2, BTS, DUT…). Le cursus articule des enseignements théoriques et pratiques avec des stages de 12 à 16 semaines.
Il existe quelques licences pro spécialisées en journalisme.
Pas de licence pro en Midi-Pyrénées.
Lieu de formation le plus proche :
- Presse et édition d'entreprise : Bordeaux 3 Tél : 0557124444

Le master professionnel s'effectue en 2 ans (4 semestres) après la licence. Il correspond à 120 crédits.
Quelques masters sont spécialisés dans le journalisme
Pas de formation en Midi-Pyrénées lieu de formation le plus proche :
Journalisme et communication à l'international : Aix-Marseille
• Journalisme et communication des organisations : Aix-Marseille 0442172800
• Journalisme juridique : Aix-Marseille

A noter : formation secrétaire de rédaction
Ces établissements proposent un titre certifié de secrétaire de rédaction en formation initiale ou continue
Ecole des métiers de l'information Paris Tél : 0153246868 
Ecole multimédia Paris Tél : 0142785101 

Les IEP

Les études en institut d’études politiques (IEP) permettent, soit d’intégrer directement le monde du journalisme, soit de réussir plus facilement le concours des écoles spécialisées.
La formation classique en IEP
Par leur enseignement pluridisciplinaire (histoire, droit, économie…), les IEP apportent une solide formation de base. La plupart proposent une majeure débouchant sur le journalisme ou l’encadrement des médias. Le cursus dure 5 ans, avec un 1er cycle de 3 ans (licence) et un 2e cycle (master) de 2 ans. C’est au cours de ce 2e cycle que les élèves choisissent leur spécialisation.
Huit IEP en région (Aix-en-Provence, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg et Toulouse) ont signé une convention de coopération avec trois écoles de journalisme : le CFJ et l'IPJ à Paris, et l'ESJ à Lille.

Alternance

Si vous avez entre 16 et 25 ans, vous pouvez préparer un diplôme en alternance :
- contrat d'apprentissage (dérogations possible sous certaines conditions pour jeunes 25-30 ans et handicapés)
- contrat de professionnalisation (accessible aussi aux demandeurs d’emploi âgé de 26 ans et plus ou bénéficiaires de minima sociaux)
Ces contrats vous permettront de suivre une formation tout en travaillant. Vous aurez le statut de salarié, avec ses avantages et ses contraintes. Attention : avant de vous inscrire en formation, il faut au préalable signer un contrat de travail avec un employeur ! Pour obtenir des informations complémentaires, consulter la fiche « Alternance et apprentissage : une formation ».

Formation continue

La formation continue s'adresse à tous les adultes jeunes et moins jeunes sortis du système scolaire.
Plusieurs dispositifs sont en place en fonction des publics (salariés, demandeurs d'emploi...)

Adresses utiles

Cartographie des Métiers de la Presse

Observatoire des métiers de la presse

La mission principale de l’Observatoire est « d’étudier la situation et l’évolution quantitative et qualitative de l’emploi et des qualifications dans la presse, pour en apprécier l’adéquation aux besoins des entreprises ».

La cartographie des métiers de la presse
Informations sur les formations

Fédération nationale de la presse d'information spécialisée

Liste des entreprises de la presse spécialisée, conventions collectives du secteur de la presse.

Syndicat national des journalistes

Profession pigiste

Profession Pigiste est une association loi 1901 dont l’objectif est de créer des liens pour fédérer, aider et défendre les pigistes.

’Association des Journalistes de Toulouse et de Midi-Pyrénées

L'AJT MP a pour objet d’organiser et d’animer un réseau d’informations, de réflexion et d’entraide pour les journalistes de la région.



Si vous souhaitez consulter gratuitement les carnets d’adresses Midi-Pyrénées, il suffit de vous rendre dans l'une des 70 structures Information Jeunesse de la région. Un professionnel sera à votre disposition pour vous apporter les compléments d'informations nécessaires à vos recherches.
Ces carnets d’adresses peuvent être accessibles en ligne dans le cadre d'un abonnement, vous trouverez ici les conditions et tarifs.