- Mon job, mes droits

À quel âge peut-on travailler ?


En théorie, le travail est autorisé à partir de 16 ans (voire même 14 ans sous certaines conditions). Et pourtant… de nombreux employeurs hésitent à embaucher des mineurs car la législation est plus contraignante, notamment en termes d'horaires.

La rémunération minimale versée aux mineurs ayant moins de 6 mois d’activité professionnelle :

  • moins de 17 ans : 80 % du Smic
  • de 17 à 18 ans : 90 % du Smic
Rien ne vous empêche de négocier.

Tout travail doit être déclaré que l'on soit mineur ou majeur. Cela permet d'être assuré, d’avoir une couverture sociale, d’être payé et de garantir ses droits en tant que salarié.

En France le salaire minimum est au moins égal au SMIC (sauf convention plus favorable dans l'entreprise).

Le salaire


Le salaire est versé chaque mois et s’accompagne d’un bulletinde salaire sur lequel figurent le poste occupé, la période de paie, le nombre d’heures effectuées, l’intitulé de la convention collective, le salaire brut, la nature et le montant des cotisations sociales patronales et salariales et tout autre ajout ou retenue, ainsi que le montant net à payer de votre salaire (somme que vous percevrez).

Conservez à vie vos bulletins de salaire, ils vous seront utiles pour faire valoir vos droits.

Le salaire minimum est au moins égal au Smic, sauf convention collective plus favorable.

Le Smic 9,76€ au 1er janvier 2017 soit 1480,27€ bruts mensuels sur la base de la durée légale de

35 heures hebdomadaires soit 1149,07€ nets par mois (soit 11€ de plus par mois).

Le montant de votre salaire net se calcule en retirant les cotisations salariales (entre 20 et 25 % du brut).

Le contrat de travail


tre déclaré par son employeur est indispensable pour percevoir vos droits. Vous devez signer un contrat de travail et recevoir votre bulletin de salaire tous les mois. Un contrat de travail écrit - temps plein ou partiel - doit vous être remis dans les 48h suivant votre embauche. Vous devez le signer.

On parle de « temps partiel » quand la durée du travail est inférieure à 35h par semaine.

Conséquences si vous n’êtes pas déclaré :
  • En cas d’accident du travail, vous n’êtes pas assuré et il sera difficile de faire reconnaître vos droits.
  • Vous n’aurez pas droit aux indemnités de chômage.
  • Les périodes de travail non déclarées ne compteront pas pour le calcul de votre retraite.
  • Si l’employeur ne vous paie pas, les recours seront difficiles.
Lutte contre le travail illégal : www.travail-emploi.gouv.fr rubrique Droit du travail
Inspection du travail du département où vous travaillez : www.direccte.gouv.fr

Le CDD (contrat à durée déterminée)

Il est conclu de date à date, sauf en cas de remplacement. À la fin de votre CDD, vous avez droit à une indemnité de fin de contrat (10 % de la rémunération brute totale), sauf pour les jobs saisonniers et étudiants.
Le contrat de travail saisonnier

Très répandu en France en particulier dans les zones touristiques et agricoles, le travail saisonnier se caractérise par l’exécution de tâches normalement appelées à se répéter chaque année à des dates à peu près fixes (récoltes, cueillettes, activités touristiques). C’est un CDD, mais il ne donne pas droit à l’indemnité de fin de contrat.
Le contrat de travail temporaire

Il est utilisé dans le cadre de l’intérim et est juridiquement similaire au CDD. Vous êtes dans ce cas salarié et rémunéré par l’entreprise de travail temporaire. Elle vous met à disposition  d’une entreprise le temps d’une « mission ».
Le CDI (contrat à durée indéterminée)

C’est un contrat conclu sans limitation de durée. Le contrat écrit n’est pas obligatoire, sauf en cas de temps partiel ou si la convention collective l’exige.

À la fin de votre période de travail, l’employeur doit vous remettre les documents suivants :
  • un certificat de travail
  • un reçu pour solde de tout compte,
  • une attestation de travail destinée à Pôle emploi.

Créer son propre job


Chauffeur VTC, livreur, services aux particuliers… Certains jobs peuvent s’exercer désormais en indépendant avec le statut de microentrepreneur.

Vous n’êtes donc pas salarié d’une entreprise.

Conditions : le chiffre d’affaires de votre micro-entreprise est plafonné et ne doit pas dépasser pour une année
  • 32 900 € pour des prestations de services, cours particuliers, dépannage informatique, services à la personne...
  • 82 200 € pour une activité de vente de marchandises, d’objets, de repas à emporter ou à consommer sur place, des prestations d’hébergement…
Limites de ce statut : c’est au micro-entrepreneur de cotiser pour les caisses de retraite, de Sécurité sociale ou de prévoyance. Il ne peut déduire de son chiffre d’affaires aucune charge (téléphone, scooter, vélo, déplacements…), n’a ni congés payés ni ouverture de droits à l’assurance-chômage. Vérifiez que vous avez une mutuelle correcte qui vous couvre en cas d’accident.

Le statut se demande simplement en ligne. Dès la réception de votre n° Siret, vous déclarez le montant de votre chiffre d’affaires chaque mois ou chaque trimestre. Le calcul de vos cotisations et contributions s’effectue automatiquement.

www.cfe.urssaf.fr/autoentrepreneur/CFE_Bienvenue

Étudiant salarié : un statut particulier


Ce statut permet de combiner études et job. Pour en bénéficier, vous devez exercer une activité professionnelle rémunérée (10 à 15h minimum de travail par semaine). Votre activité doit débuter avant le 1er octobre de l’année d’inscription et couvrir l’année universitaire jusqu’au 30 septembre suivant.

Faites votre demande auprès du secrétariat de votre fac.

Avantages ? Vous bénéficiez d’aménagements essentiels : dispense d’assiduité à certains TD, emploi du temps adapté, contrôle terminal au lieu du contrôle continu… Si vous êtes étudiant salarié et que vous gagnez plus de 78 % du Smic par mois (soit 893 €), vous pouvez percevoir la prime d’activité.

En outre, vous ne serez pas obligé de payer une cotisation à la Sécu étudiante puisque vous cotisez déjà au régime salarié.

Contactez le 3646 ou consultez www.ameli.fr

Inconvénients ? Travailler 15h ou 20h par semaine en plus de ses études demande du temps et de l’énergie. Parlez-en avec votre employeur afin d’adapter au mieux vos horaires.

À découvrir

Travailler

Entreprendre en Occitanie

Travailler

Profitez des ateliers des PIJ Mirail, Empalot et Soupetard à Toulouse

Travailler

En route vers l'emploi avec Clicnjob

Travailler

Enquête Besoins en Main-d'Œuvre

Travailler

Le guide de l'intérim dans le bassin Toulousain

Travailler

Guide trouver un job 2017 Toulouse Occitanie